CRÉATION 1 FÉVRIER 2022
Festival Waterproof
Le Triangle, scène conventionnée d’intérêt art et création danse, Rennes
en partenariat avec l’Opéra de Rennes

Trois danseurs, un pianiste, une violoncelliste et une sonate dansée : L’Arpeggione
Pour cette création, une troisième entité s’est invitée au dialogue structurel entre danse et musique : le cinéma de Abbas Kiarostami, et son film 24 Frames, voyant se succéder 24 images fixes mises en mouvement numériquement par le cinéaste et son équipe.

Dans un espace-temps indéterminé, ce « non-où » des poètes mystiques persans, entre passé et présent, deux chaises, un fauteuil, et une télévision, posée au fond sur une table à roulettes, cohabitent avec le piano et le violoncelle. Ce mobilier sommaire, perdu au milieu d’une cage de scène nue, pourrait suggérer un bar-tabac, une salle des fêtes, de concert, de projection ou de bal, un karaoké, un cabaret, un piano-bar…

Au fil de la pièce se tissent des jeux relationnels, révélés par le prisme de la musique, et des images émergent, mobiles ou immobiles, devenant la trame d’une sorte de film chorégraphique sans argument ni parole. 
Qui sont ces cinq personnes ? Danseurs, musiciens ? Amis, amants ou inconnus réunis par hasard ? Sont-ils présents, absents, ou dans un chemin sinueux entre les deux – l’un de ces chemins en zigzag que l’on retrouve dans de nombreux films de Kiarostami ? 

Entre une violence sourde et une infinie délicatesse, la musique de Schubert comme le cinéma de Kiarostami suggèrent entre autres la relation d’interdépendance entre le néant et la vie, l’obscurité et la clarté.
Kiarostami explique que les quatrains du poète et savant iranien Khayam (XIème-XIIème siècles) « sont un constant éloge de la vie, avec une omniprésence de la mort. La mort, dit-il, lui sert à saisir la vie. »
Dans les interstices de cette conscience irrévocable de la souffrance et de la mort, on peut percevoir les lueurs éclatantes du vivant.

chorégraphie, direction et danse

Louis Barreau

créé avec et dansé par

Marion David, et Flore Khoury

musique

Franz Schubert, Sonate Arpeggione D. 821 (1824) – interprétée en direct

musiciens

Félix et Madeleine Dalban-Moreynas

lumière (pour la version théâtre)

Françoise Michel

conseillers musicaux

Félix et Madeleine Dalban-Moreynas

costume

Camille Vallat

notation du mouvement laban

Noëlle Simonet

durée

Environ 40 minutes

production

compagnie danse louis barreau

coproductions

Le Théâtre, scène nationale de Saint-Nazaire (artiste associé) ; Le grand R, Scène Nationale de la Roche-sur-Yon ; Le Triangle, scène conventionnée, Rennes ; La Soufflerie, scène conventionnée de Rezé ; Théâtre Francine Vasse – Les Laboratoires Vivants / Nantes

accueils en résidence

Le grand R, scène nationale de la Roche-sur-Yon ; Le Théâtre, scène nationale de Saint-Nazaire ; Centre national de danse contemporaine, Angers ; Théâtre Régional des Pays-de-la-Loire

diffusion

Le Théâtre, scène nationale de Saint-Nazaire ; Le grand R, scène nationale de la Roche-sur-Yon ; La Soufflerie, scène conventionnée de Rezé ; ONYX – Théâtre de Saint-Herblain

Soutiens

DRAC des Pays-de-la-Loire

Production/Diffusion

Bureau Les Yeux Dans Les Mots

Tout public

Montage de la production et de la tournée en cours

La compagnie danse louis barreau est soutenue pour ses projets par la Ville de Nantes, le Conseil Départemental de la Loire-Atlantique, le Conseil Départemental de Maine-et-Loire, le Conseil Régional des Pays-de-la-Loire et la DRAC des Pays-de-la-Loire. Elle bénéficie du mécénat du groupe Caisse des dépôts. Elle est associée au projet Théâtre Francine Vasse – Yvann Alexandre pour les saisons 19-20 et 20-21.
Elle est accompagnée par le réseau Tremplin en 2021-2024.

Louis Barreau est artiste associé au Théâtre, scène nationale de Saint-Nazaire.