CRÉATION LES 10 ET 11 MARS 2017
Dans le cadre de l’événement Correspondance Madeleine-Viarme / Édition 2, co-organisé par le SEPT CENT QUATRE VINGT TROIS – cie 29×27 et La Ruche à Nantes

“Nous sommes constitués de fragments que nous tentons d’assembler en une précaire construction. Nous partons d’une question source. Nous laissons entraîner par le courant. Ce qui nous émerveille : la possibilité d’un pas. Franchir la distance entre la peine et son expression.
Je dis
la peine, mais ce peut être la joie, ou la nuit.”

Frédérique Germanaud

Nous bruissons de toutes les voix qui nous portent est une exploration danse-littérature présentée les 10 et 11 mars 2017 à la Ruche dans le cadre de l’événement Correspondance Madeleine-Viarme / Édition 2, co-organisé par le SEPT CENT QUATRE VINGT TROIS – cie 29×27 et La Ruche à Nantes. Fruit d’une rencontre entre l’écrivain Frédérique Germanaud et le chorégraphe Louis Barreau dans le cadre d’une résidence autour du trio BOLERO BOLERO BOLERO pour 3 performeurs, ce projet fut présenté sous la forme d’une première ébauche, apparaissant comme un écho à la fois chorégraphique et littéraire aux expériences vécues par l’auteur et le chorégraphe pendant une petite partie du processus de création du trio. Né de la matière de cette pièce composée sur le Boléro de Ravel, il ouvre pourtant de nouveaux espaces, interrogeant nos rapports au corps, ce qui nous défait, ce qui nous lie et nous tient debout. Même s’il se distingue des autres productions de la compagnie, ce projet met lui-aussi au travail la notion de composition chorégraphique et interroge le lien entre la partition musicale et la partition dansée. Ici, toutefois, ce sont les mots qui constituent une musicalité, et c’est la partition textuelle qui, se substituant à la musique, cherche à se mettre en dialogue avec l’écriture chorégraphique.

Ce projet est susceptible de demeurer à l’état d’ébauche, gardant ainsi la forme d’une sorte d’esquisse chorégraphique et littéraire fulgurante issue d’une rencontre et de réflexions communes ; il pourra aussi, dans le futur et en fonction des différentes opportunités rencontrées, être réinvesti, repensé et retravaillé pour devenir une production présentable dans des théâtres ou des lieux parallèles (bibliothèques ou médiathèques, musées ou galeries d’art, extérieur, etc.)

chorégraphie

Louis Barreau

danse

Marion David

musique

J.S. Bach, Cantate BWV 61, Nun komm der Heiden Heiland (“Viens donc, sauveur des gentils”)

lumière (pour la version théâtre)

Françoise Michel

durée

Environ 30 minutes

coordination de projets

Jessica Piris

production

compagnie danse louis barreau

photographie ci-dessus

Louis Barreau

La compagnie danse louis barreau est soutenue pour ses projets par la Ville de Nantes, le Conseil Départemental de la Loire-Atlantique, le Conseil Départemental de Maine-et-Loire, le Conseil Régional des Pays-de-la-Loire et la DRAC des Pays-de-la-Loire. Elle bénéficie du mécénat du groupe Caisse des dépôts. La compagnie est associée au projet Théâtre Francine Vasse – Yvann Alexandre pour les saisons 19-20 et 20-21